J​.​PAPEN - FUCK THAT

by Julien Papen

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      10 CHF  or more

     

  • Full Digital Discography

    Get all 5 Julien Papen releases available on Bandcamp.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of JPPN - World K.O LP, MA COME SI FA?, J.PAPEN - FUCK THAT, Hybrid Approach, and Theelevator. , and , .

      37 CHF or more

     

1.
Non voglio vedere la roba che passa in TV. Nel mondo moderno, dolore interno. Per ogni notizia, un cuore si spezza. La merda che mangi, te la tirano addosso. E senza indugio tu vai ad ascoltare, con la mente spenta, ti fai manipolare. E non ti aspettare che qualcosa puoi cambiare, se il resto del tempo lo passi a lavorare E non ti puoi fermare! Neanche a respirare! Nemmeno per pensare! Neanche a respirare! Ma qualcosa puoi cambiare! Cervello azionare! Dai sù, ce la puoi fare.. La vita mi spetta, non sono nato per sbaglio. Le cose di fretta, io le faccio in bagno. Desiderio represso di libertà, è l'unica cosa, ma come si fa?
2.
I-D-G-A-F 02:35
I don't give a fuck!
3.
Back to black Back to life State of mind Relax your brain Close your eyes State of mind Relax your brain And don't let it go away inhale, exhale.
4.
JUST TRY 04:00
Every time that im near to smile, someone cry. I really don't know how is this working for you? For you all? Same situation, for me, every time that i try. I don't know why you freaking out, for me it's easy spend some good time with you. Just try to smile... It's so easy, have a good time, don't worry.. It's not a problem, if you think too much, i do the same... I don't know why you freaking out, for me it's easy spend some good time with you. Just try to smile...
5.
CHILL TRIP 03:08
I hope you can listen to me now...cause im thinking about you.. You decided, but think about the people who love you... Why you do that on you?
6.
ONLY ONE 03:09
In the future, we'll have la medicina. You wil be the only one, the only one in a milion. You will be the only one, to think as me in a milion. Living like a virus, born as a human. Destroy all governaments, can be great but how i can do? As i am like that, pice of shit without a weapon. You wil be the only one, the only one in a milion. You will be the only one, to think as me in a milion.
7.
Come la lucedel giorno, la notte arriva prima. Tutti nello stesso sogno, mi copro di benzina. Proiettati più in avanti, insieme penseremo... Io non ci sarò... Un giorno sarò... Io non ci sarò... Un giorno sarò... Tu non mi vedrai... Io non ti vedrò... Un giorno cadrò.. Un giorno sarò... Io non ci sarò... Un giorno cadrò... Io non ci saro... Un giorno sarò...
8.
VENOM SPIT 03:51
They spit on you They spit on me Venom spit Mind pollution Nuclear explosions Corrupt costitutions Leadership devastation World is a fiction Live in addiction Die with no solution
9.
FUCK THAT 00:41
blablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablablabla Fuck that..

about

++ FUCK THAT
++ SELF RECORDING LO-FI
++ SONG SELECTION
++ FROM THE CAVE WITH ANXIETY & LOVE

THANK’S TO ALL MY FRIENDS AND ENEMY.
PERFORMED & MIXED BY J.PAPEN, BETWEEN
NOVEMBER/FEBRUARY 2019 AT SPAZIO MOREL
MAGüTT DIY RECORDS // MASTERED BY TURBATO THOMAS

ARTWORK BY J.PAPEN

credits

released March 20, 2019

license

all rights reserved

tags

about

Julien Papen Lugano, Switzerland

HOLA

contact / help

Contact Julien Papen

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Julien Papen, you may also like: